Le Grand Meaulnes par Alain-Fournier

Résumé complet du Grand Meaulnes

Le Grand Meaulnes est un roman écrit par Alain-Fournier et édité en 1913

Si vous souhaitez

acheter le livre complet

du Grand Meaulnes

sur Amazon

cliquez ici

Première partie

L’arrivée d’Augustin Meaulnes.

François, 15 ans, est le narrateur du livre. Il est le fils de Monsieur et Madame Seurel qui sont instituteurs à Sainte Agathe en Sologne. François y étudie pour devenir lui-même instituteur. L’arrivée à l’école d’Augustin Meaulnes, 17 ans, va bouleverser la vie calme et solitaire de François. Augustin va venir habiter chez les Seurel en pension et partager la chambre de François. « L’arrivée d’Augustin Meaulnes est pour moi le début d’une nouvelle vie », écrit François.

Augustin, surnommé « Le Grand Meaulnes » par les autres élèves, rompt la monotonie de l’établissement scolaire et fascine les élèves par sa personnalité mystérieuse.

La disparition de Meaulnes

Quelques jours avant Noël, M. Seurel désigne un des élèves de l’ecole, Moucheboeuf pour aller chercher les grands-parents de François à la gare de Vierzon. Meaulnes ne semble pas réagir au choix de Mouchebouef, mais le lendemain, il disparaît avec la calèche de M. Florentin. Dans la nuit, la voiture est ramenée mais Augustin Meaulnes est introuvable. Le grand Meaulnes a disparu et réapparaît trois jours plus tard sans dire à personne où il est allé. Dès son retour chez lui, il dessine une carte afin de comprendre où son escapade l’a mené. Les semaines suivantes, François est très intrigué par le comportement étrange de Meaulnes qui, la nuit, arpente la chambre de long en large comme s’il voulait repartir. Il remarque également que son ami porte un gilet de marquis sous son uniforme scolaire.

Le récit de son étrange aventure

Meaulnes raconte enfin à François ce qui s’est passé pendant les jours de son absence. En partant de pour aller chercher les grands-parents de François à Vierzon, il s’est perdu. Un couple de fermiers lui a proposé de mettre sa jument dans leur grange mais la jument s’est enfui. Il tente en vain de la rattraper. Épuisé et s’étant blessé au genou, il s’est reposé pour la nuit dans une bergerie abandonnée.

Au matin, il recommençe à marcher jusqu’à ce qu’il arrive dans un domaine mystérieux où une fête était en préparation. Il voit des jeunes filles portant des costumes anciens. Comme il ne veut pas les effrayer, il se cache dans une pièce inutilisée où il finit par s’endormir. Lorsqu’il se réveille, il entend une étrange conversation entre deux acteurs. Ils l’invitent à se joindre à eux au bal masqué. Meaulnes se déguise en marquis. Des enfants le conduisent dans la grande salle où un dîner a été préparé pour les fiançailles de Frantz de Galais, le fils du châtelain. Il apprend que Frantz est parti à Bourges pour ramener sa fiancée, Valentine à la fête. Le couple n’est pas encore arrivé. Meaulnes participe à une farandole menée par un grand Pierrot à travers les couloirs du Domaine.

En dansant dans le manoir, il découvre une pièce paisible où une jeune femme joue du piano pour des enfants. C’était comme un rêve, un rêve qu’il avait déjà fait. Il pouvait s’imaginer que c’était sa maison, qu’il était marié et que cette charmante personne inconnue jouant du piano à côté de lui était son épouse…

Tôt le lendemain matin, il fait une rencontre merveilleuse. Près de l’étang, Meaulnes aperçoit deux femmes, une très vieille et courbée et l’autre jeune, blonde et élancée, il s’agit de la jeune femme de la veille. Meaulnes les suit sur un bateau. De retour sur la rive, il échange quelques mots avec la jeune fille. Elle se présente comme étant Mlle Yvonne de Galais et lui demande de ne plus la suivre. Elle est donc la soeur de Frantz.

La fête se termine brusquement. Frantz arrive seul chez lui et annonce que sa fiancée ne viendra pas. Frantz quitte le manoir en désespéré, laissant derrière lui ce mot « Ma fiancée a disparu, me faisant dire qu’elle ne pouvait être ma femme. Je n’ai plus envie de vivre ».

Alors qu’un fiacre ramène Meaulnes à Sainte-Agathe, il entend un coup de feu et voit le grand Pierrot de la fête portant un corps humain dans ses bras.

Deuxième partie

Le bohémien

Meaulnes et François tentent sans succès de retrouver le mystérieux domaine sur la carte que Meaulnes a dessinée à son retour. Une nuit de février, ils entendent d’étranges bruits, comme des cris et des coups de sifflet à l’extérieur et sortent enquêter. Ils tmbent dans une embuscade : un jeune gitan avec un bandage autour du front et un groupe d’enfants du village leur volent la carte qu’ils viennent de commencer.

Le lendemain, le bohémien rejoint leur classe en tant qu’élève et devient rapidement leur nouveau chef de bande. Le gitan finit par rendre la carte volée à Meaulnes, les parties manquantes ayant été complétées par lui-même. François, Meaulnes et le bohémien deviennent rapidement amis et se jurent une amitié éternelle. « Soyez mes amis pour le jour où je serais encore à deux doigts de l’enfer comme une fois déjà… Jurez-moi que vous répondrez quand je vous appellerai …Vous Meaulnes, jurez d’abord ». Les trois se jurent fidélité et le jeune gitan donne alors à Meaulnes l’adresse à Paris d’Yvonne, la jeune femme de la fête mystérieuse.

Départ pour Paris

Un certain nombre de vols ont lieu dans le village de Sainte-Agathe, probablement commis par Ganache, l’ami du bohémien au front bandé.
Un jour, au début du printemps, les deux jeunes gitans donnent un spectacle sur la place du village. A la fin du spectacle, le jeune bohémien enlève ses bandages et révèle son identité à Meaulnes. Il s’agit de Frantz de Galais, le jeune maître du mystérieux domaine. Le lendemain matin, Frantz et Ganache partent juste avant l’arrivée des gendarmes et Meaulnes perd ainsi le seul espoir qu’il avait de retrouver un jour le château.

Meaulnes part pour Paris où il espère revoir Yvonne de Galais. François reste à Sainte-Agathe et révèle le secret de Meaulnes à ses amis. Il finit par recevoir des lettres de Meaulnes, dont l’une lui apprend qu’Yvonne est déjà mariée.

Troisième partie

Le château retrouvé

Un an et demi après le départ de Meaulnes, François trouve par hasard l’adresse de la mystérieuse propriété. Il s’agit du domaine des Sablonnières, près du village du Vieux-Nançay. François parvient à se faire inviter chez son oncle Florentin qui habite justement au Vieux-Nançay. Son oncle lui apprend qu’Yvonne n’est en fait pas mariée. François rencontre Yvonne et réalise que la jeune femme n’a pas non plus oublié Meaulnes. L’oncle Florentin décide d’organiser une fête à laquelle seront invités Meaulnes, Yvonne et François. Avant d’annoncer cette nouvelle à Meaulnes, François rend visite à sa tante Moinel. Celle-ci lui raconte une étrange histoire. Un soir, l’hiver dernier, alors qu’elle revenait d’une fête, elle a croisé une jeune femme en détresse. Elle l’a ramenée chez elle, puis la jeune femme est partie pour Paris. Trop préoccupé par l’idée de réunir Meaulnes et Yvonne de Galais, François ne prête pas attention à l’histoire de sa tante.

Lors de la fête, Meaulnes retrouve enfin Yvonne. Bien qu’heureux de revoir Yvonne, Meaulnes se rend compte que rien ne sera plus comme avant. Il interroge longuement Yvonne et apprend que non seulement le vieux château a été démoli, mais que pour payer les dettes de Franz, la famille a dû vendre les bateaux et les chevaux dont Meaulnes se souvenait de la fête. Meaulnes tombe dans une nostalgie destructrice. Il reproche même à la famille de Galais d’utiliser encore leur vieux cheval fourbu. Le soir, cependant, en pleurant, il demande à Yvonne de l’épouser.

La fuite du bonheur

Meaulnes et Yvonne se fiancent et se marient en février de l’année suivante, dans l’ancienne chapelle des Sablonnières. Le jour du mariage, un grand cri est entendu près de la maison du jeune couple. C’est Frantz, désespéré de n’avoir pas retrouvé sa fiancée, Valentine. Il rappelle à Meaulnes sa promesse de lui venir en aide lorsqu’il l’appellerait. François tente de faire partir Frantz, mais il est trop tard, Meaulnes a entendu son appel. Malgré son amour pour sa nouvelle épouse, Yvonne, Meaulnes décide de partir avec Frantz le lendemain afin de l’aider à retrouver sa fiancée. Yvonne reste seule à la maison et François, nommé instituteurdans une école voisine, devient son confident et tente de la réconforter.

Au mois d’octobre suivant, Yvonne donne naissance à une fille. Mais celle-ci tombe malade et meurt d’une embolie cérébrale sans avoir jamais revu Meaulnes. François s’installe au domaine des Sablonnières et cherche à comprendre pourquoi Meaulnes est parti. Quelques mois plus tard, il tombe sur le journal intime de Meaulnes, dans lequel il découvre ce qui est arrivé à Meaulnes lorsqu’il est allé à Paris pour chercher Yvonne. Il apprend qu’en cherchant Yvonne, Meaulnes a rencontré une jeune femme et l’a séduite. Mais il découvre plus tard que la jeune femme est Valentine, la fiancée de Frantz. Meaulnes a alors l’impression d’avoir trahi Frantz. Il chasse alors Valentine sans ménagement. Plus tard, se sentant coupable de la façon dont il l’a traitée, il essaye de la retrouver, mais il est trop tard.

C’est pourquoi, se sentaant coupable et afin de se racheter auprès de Frantz et de Valentine, Meaulnes quitte Yvonne le lendemain de son mariage et répond à l’appel au secours de Frantz. Il écrit dans son journal : « Je ne reviendrai à Yvonne que si je réussis à ramener Frantz et Valentine à Sablonnières, mariés ».

Epilogue

Un an plus tard, Meaulnes ramène effectivement Frantz et Valentine à Sablonnières, mariés. Emmenant avec lui sa fille, il disparaît, laissant François seul. Le livre se termine sur cette réflexion de François : « Et je l’imagine, dans la nuit, enveloppant sa fille dans son manteau, prêt à l’emmener vers de nouvelles aventures »

J’espère que ce résumé du rand Meaulnes vous aura plu. N’hésitez pas à lire mes autres résumés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *